Postulat de départ, considérons que nous ne connaissons rien et que nous sommes des êtres insignifiants à l’échelle de l’immensité du territoire qui nous entoure sur notre planète et au-delà de notre atmosphère.

Vocabulaire nécessaire de base :
Problème = situation négative = situation insatisfaisante
Solution = situation positive = situation satisfaisante

Durant mes études d’ingénieur, j’ai appris énormément de choses qui permettent de raisonner et de cerner les problématiques (étude de systèmes complexes) dans leur ensemble et ainsi les restituer simplement avec la plus grande humilité (autrement dit les vulgariser).

Par exemple, dans le schéma en fin d’article, si l’on considère le nombre -1 comme le point de départ du problème, c’est à dire une situation négative représentée par la négation ou le signe contraire (ici le symbole moins), la situation est dite négative, voire insatisfaisante et ainsi instable.

Dans le but de revenir à une situation stable ou satisfaisante (le nombre 0), il faut créer un effort positif (un travail) afin de compenser. Cet effort doit être motivé. Il faut de l’énergie pour générer cet effort.

Cet effort ne peut être déclenché que par un stimuli extérieur (ou un stimuli intérieur, la prise de conscience, le fameux déclic ?).

Il faut donc que l’énergie soit canalisée, développée et activée pour permettre de revenir à un état stable.

Pour compenser la situation négative, il faut donc y ajouter (apporter) cette énergie (ici représentée par l’ajout d’un nombre +1).

Le stimuli déclenchera alors une volonté de s’intéresser et de créer les différents outils de compréhension pour revenir à une situation dite stable.

C’est pourquoi le professeur de mathématiques sait comment agir pour créer la motivation et l’envie d’apprendre sans brusquer ses élèves.

Maintenant, il faut considérer que lorsque la situation est redevenue stable, elle peut rebasculer dans le négatif pour diverses raisons ou peut très bien, par l’action, par la conviction et par le travail sans relâche devenir positive.

Les mathématiques permettent de comprendre avec courage et humilité le monde qui nous entoure et ainsi gagner confiance en soi afin d’avancer sur le chemin de la vie sans tomber dans les mauvais penchants.

Ainsi, je dirai que chaque être humain à la possibilité de devenir son propre guide et générer le bon à force de lutte parce que n’oublions pas que le mal est le meilleur ami du bien.

Si l’on sait où est le mal alors il est possible de trouver le bien.

Un esprit sain dans un corps sain permet de résoudre cette problématique et la transmettre convenablement.

Chaque être humain possède un cerveau, soit il l’utilise, soit quelqu’un d’autre l’utilisera à sa place à bon ou mauvais escient.

Merci d’avoir pris le temps de lire !

Mots-clés : situation, stabilité, satisfaction, stimuli, effort, travail, motivation, confiance en soi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.